Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 10:47

 

Monsieur Palto, globe-kréol 

M_Palto.jpg

Du haut de ses 38 ans, Serge Grondin, ou Monsieur Palto pour ses intimes de Facebook, nous revient tout droit d’un tour du monde. De Paris à Shanghai en passant par Vienne, il prend plaisir à partager ses couyonnisses. Style décontracté, savates deux doigts aux pieds, le kréolman  retourne sur les bancs de la fac. Portrait d’un globe-trotter,  fondateur de  « Bourbon Palto ».

 

Titulaire d’un Bac+4 Monnaie Banque et Finance à Nanterre, le  Saint-Andréen se destinait une carrière dans la finance. C’est à Paris qu’il fait ses débuts en tant que contrôleur de gestion pour l’entreprise Randstad. Il y exercera son métier pendant 2 ans. Mais la routine, ce n’est pas fait pour lui. « Je ne parlais que le français et le créole.  Il valait mieux franchir la Manche. Dans cet univers il faut absolument savoir parler l'anglais. » Il s’envole alors pour Londres où il occupe le poste de superviseur. 2 ans qu’il ne regrette pas : « C’était génial ! Si vous devez partir, partez, à condition de savoir revenir. » Il enchaîne ainsi les destinations : Paris, Strasbourg, Luxembourg, Vienne, Shanghai…  Plus rien n’arrête le baroudeur, en quête de nouveau. « Notre multiculturalité créole nous forme à affronter la différence, estime-t-il, et j’avais envie de rencontres ! » Un périple qui renforce ses origines : « Ma créolité m’a toujours accompagné, partout où j’allais. »  Mais l’état de santé de son père, victime d'un AVC, l’oblige à regagner le pays. 

 

Bazardier par passion

 

De retour sur son île natale, Monsieur Palto  troque son habit de manager contre celui de marchand. « Je suis bazardier par passion ! » lance-t-il. S’il avoue avoir baigné dans un monde aisé pendant 17 ans (8 000€ nets mensuels), il ne regrette pas son nouveau rythme de vie. « Je suis revenu habiter chez mes parents.  Ma femme est toujours dans notre appartement à Vienne. »  La création, l’expression de soi, l’approche des autres sont des qualités qui lui manquaient dans le monde de la finance. C’est à son stand qu’il retrouve un certain « management humain ». « Je suis confronté directement au client. » Il laisse alors parler sa créativité et son amour du terroir en  lançant sa propre marque de t-shirts : en décembre 2012 « Bourbon Palto » naît.  Le trentenaire crée ainsi lui-même ses designs,  inspirés de son péi et de son histoire, tout en mêlant humour et provocation. Il évoque d’ailleurs avec enthousiasme sa rencontre avec Guy Pignolet, créateur du drapeau de la Réunion Lo Mavéli, drapeau que l’on retrouve également imprimé sur ses t-shirts. « Guy Pignolet est un vrai coup de cœur. Il a eu le même parcours que moi. » Défenseur de la cause créole, Serge Grondin voit ce symbole « volcan flamboyant » comme un « signe de reconnaissance », notamment pour ses compatriotes expatriés. Remet-il en cause le statut de son île ? La question le fait sourire : « L'Europe, c'est ma communauté, la France mon nasion, la Réunion mon péi » s'amuse-t-il, l'oeil pétillant.

Du Business to Fan

Avec des concurrents locaux déjà bien ancrés sur le marché et un chiffre d’affaire de 1000 € par semaine, le kréolman doit mettre les bouchées doubles. Le milieu est hostile, et déjà occupé par bon nombre de requins et de petits diables... Il opte donc pour une stratégie de B to F : Business to Fan. Il perçoit en effet  chez ses fans (650 sur sa page Facebook) un véritable potentiel : « Le fan n’est pas qu’un client, c’est un donneur de grain d’sel, un revendeur, c’est quelqu’un qui s’identifie à ta marque. » affirme-t-il avant d’avouer qu’il s’agit tout de même d’un « travail de très longue haleine. »  A travers son personnage de Monsieur Palto, le businessman local met en lèr son identité créole qui lui a appris à partager avec autrui. Chaque étape de son périple autour du globe le ramenait à son île, « comme ce vieux Chinois  de Shanghai qui jouait aux dominos en battant sur la table comme le faisait mon grand-père le dimanche matin à 11 h. » Toutes ses aventures pourront bientôt être lues dans  son livre Les Tribulations de monsieur Palto. Quoi qu’on en dise, son île, Serge Grondin en est fier, et il vous donnera même 974 raisons d’aimer la Réunion.

 

Marion RISTOR

 (Photo : Maëva Pausé)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories