Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 15:41

Trois contrats en une matinée

 

Les concessionnaires auto, confrontés à la crise, sont-ils prêts à vendre leurs véhicules aux particuliers sans le sou, histoire de faire du chiffre ?

 

voiture.jpgEncore étudiant, sans travail, seulement 1000 euros en poche et le besoin d’une voiture pour mon futur stage : comment faire ? Je me rends chez trois constructeurs ; le Français Citroën, l’Asiatique Hyundai et le Roumain Dacia. Si les styles, arguments de vente et positionnements de chacun des concessionnaires diffèrent, leur méfiance sur les modalités de financement semble commune. Apparemment, crise ou pas crise, ils ne vendent pas à n’importe qui. « Il vous faut des garanties, expliquent les vendeurs. Pour acheter un véhicule, vous devez impérativement être titulaire d’un contrat de travail en béton. » Avec un apport de 1000 euros, l’emprunt, en général sur cinq ans, est obligatoire. Les sociétés de crédit à la consommation avec lesquelles traitent les concessionnaires s’assurent que l’activité du client s’inscrit dans la durée ; bref, que sa paye ne va pas s’arrêter du jour au lendemain.

Les commerciaux ne lâchent pas pour autant la proie. Je n’ai ni argent ni travail ? Pas grave ! Il existe des solutions alternatives. « Vous avez certainement des parents ou proches ? » Misant sur mon réseau personnel, tous tentent de me vendre le véhicule de façon détournée.  Si la version 2011 de la loi sur le crédit à la consommation, aussi appelée loi Lagarde, encadre d’avantage les modalités de contraction de ce type d’emprunt, elle laisse toutefois de vraies possibilités de contournement. A chaque fois, on m’explique donc que je peux faire appel à un co-contractant. Si un de mes proches répond aux attentes de garantie précédemment évoquées, le contrat de vente peut être signé. Dans ce cas précis, la loi prévoyant un plafond des crédit à la consommation à un tiers des revenus ne se fixe plus sur un seul salaire mais bien sur la somme des deux réunis… Ça change tout. Les mensualités, frais d’assurance inclus, avoisineront les 300 euros ; un simple SMIC suffira.

Après étude approfondie du prix des véhicules, de mon apport et de mon potentiel garant ou du moins « cocontractant », je rentre chez moi avec trois dossiers quasi finalisés. Seuls les justificatifs nécessaires à la validation du dossier manquent. Dont le permis de conduire, que je n’ai pas ! Mais personne n’a pensé à me le demander…

 

Hadrien FAIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Eco-social
commenter cet article

commentaires

LOA sans apport 24/06/2016 17:33

Remarque, en cas d'acquisition, le conducteur devient propriétaire. S’il est possible de faire une LOA sans aucun apport, le coût de revient, en cas d'acquisition, est généralement plus élevé qu'un achat à crédit.

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories