Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 17:48

Touche pas à mon riz !

 

Moins de riz et plus de légumes ? Un décret sur les repas servis en restauration scolaire impose aux collectivités de nouvelles règles garantissant aux élèves des menus variés et équilibrés. Un grain de sel dans les habitudes alimentaires créoles.

 

 

riz-cantinepetit.jpgLe décret n° 2011-1227 paru le 30 septembre menace-t-il notre cari national ? Le texte exige, dans les restaurants scolaires, des plats plus variés, moins de friture, des produits de saison et un respect des proportions servies. Les élèves qui mangent du riz quasiment tous les jours à la cantine, devront-ils alors remplacer le « piton » par un « gazon » d’haricots verts ?

« Il n’est pas question de supprimer le riz et le cari qui sont le fondement même de la culture réunionnaise, rassure Bernadette Thouy, diététicienne à Saint-Pierre. On peut par contre adapter ces recommandations à nos habitudes ». L’important n’est pas tant le riz à chaque repas mais sa quantité et avec quoi il est servi : « Il est recommandé un féculent par repas. Le riz en est un. L’essentiel, c’est de respecter le bon équilibre nutritionnel global de l’assiette. Si l’on met du riz à chaque repas, il faut compenser le manque de fibre par les grains. »

Reste que le cari est souvent trop gras, en raison de l’emploi en grandes quantités d’huile. À Saint-Denis, le chef assure avoir dégraissé les 20 000 repas servis quotidiennement. « Il y a des mauvais réflexes à bannir comme servir les enfants à vue d’œil et en donner trop, rajouter de l’huile quand la sauce est trop épaisse, donner trop de féculent et pas assez de légumes verts ; mais on est dans une bonne dynamique de changement », mijote Laurent Houillier, responsable de la restauration scolaire sur Saint-Denis. De fait, les 67 restaurants scolaires qui servent les 82 écoles du chef-lieu ont anticipé les nouvelles recommandations depuis la rentrée scolaire.

 

Pas de quoi en faire tout un plat

 

Les cantines doivent tenir à jour une fiche technique qui recense le grammage et la composition de chaque recette. Lipides, fibres, sucres, tout est contrôlé. Les menus sont mis en place et validés par une diététicienne pour cinq semaines consécutives et de façon répétitive tout au long de l’année. « Mon rôle est d’évaluer la conformité des repas servis en fonction des recommandations médicales dans la lutte contre le surpoids », indique Bernadette Thouy. Un objectif qui rejoint celui des parents d’élèves de la FCPE. Ils réclamaient ce décret depuis plus d’un an pour combattre les maladies infantiles particulièrement présentes à la Réunion telles que le diabète ou l’obésité. Le vice-président départemental de la fédération, Jean-Odel Oumana, rappelle cependant qu’il ne faut pas uniquement pointer du doigt les cantines : « Le pilier de l’éducation alimentaire, c’est avant tout la famille ».

Il est donc possible de lutter contre l’obésité tout en mangeant du riz à tous les repas. Mais si les Réunionnais y tiennent tant, ils devront tout de même en consommer moins. Selon les recommandations nutritionnelles, une portion de riz pour un élève de maternelle doit peser 100 grammes (deux à trois cuillères à soupe), alors qu’il en consommerait 150 grammes à chaque repas, selon l’Observatoire Régional de la Santé.


Céline MONTÉCOT

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories