Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 08:31

Marcher équilibré

A l’oreille, le phénomène sonne comme un coup de fouet. Les adeptes du « slack » semblent tout droit échappés d’un chapiteau et ne gardent jamais longtemps les pieds sur terre. Les Réunionnais n’y échappent pas.

slack3.comp.jpgLongtemps cantonné au monde de l’escalade, le slackline (ligne molle) envahit depuis peu l’espace public. Le concept est enfantin : une sangle, deux points d’accroche et c’est parti pour une traversée à bas risques, à moins d’un mètre au-dessus du sol. Plus résistante et plus élastique qu’une simple corde, la sangle donne son nom et sa particularité au slack. Au fil des pratiques, elle s’est diversifiée pour offrir une gamme toujours plus large. A chaque utilisation son modèle. La trickline, courte et tendue, permet d’effectuer toutes sortes de figures quand la highline, plus longue, chasse l’altitude et la peur du vide.
Aujourd’hui considéré comme un sport à part entière, le slackline a développé son réseau sur Internet et regroupe une communauté estimée à 20 000 slackers dans le monde. D’autant que l’achat de matériel se fait exclusivement en ligne. Pour un kit débutant, comptez 55 euros sans les frais de port.

L’exemple de Koh-Lanta

Il n’est pas étonnant de voir ces joyeux funambules investir le paysage réunionnais. Mathieu, 44 ans, a attrapé le virus en regardant Koh-Lanta : « Un candidat en faisait, alors, vu que j’aime tout ce qui touche à l’acrobatie et au cirque, j’ai voulu essayer. » Depuis deux ans, il tend régulièrement sa slack autour d’Etang-Salé. Son dada ? Placer des figures de hip-hop. Gaël, dionysien aux dreadlocks soignées, confesse sans détour son addiction. Et en loue les vertus physiques : « On travaille le gainage à fond ! J’avais des problèmes de dos, et depuis la slack, je me porte comme un chat. Un chat perché. » (sourire) Pour les amateurs de sensations fortes, les défis ne manquent pas. En janvier 2011, trois amis ont baptisé les trois Salazes, sur les remparts de Cilaos. Ils ont ensuite posté sur Internet une vidéo de leur highline. A couper le souffle.               
La pratique du Slack attire de plus en plus de monde. Dimanche, aux Journées alternatives de Saint-Louis, Mathieu animait une démonstration. Aucune structure officielle n’existe à l’échelle réunionnaise alors les organisateurs ont fait appel à lui. L’initiative a rencontré un joli succès auprès des enfants. Face à la demande des parents, l’absence d’encadrement institutionnel fait tache. A défaut, l’ASCUR (Association Sportive et Culturelle de l’Université de La Réunion) songerait cette année à mettre en place un créneau slack à destination des étudiants.
En attendant, au pays des « founambules », le risque est moins de tomber dedans que de monter dessus…

Fabien LEFRANC

Photo Eva Galan

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Tendances
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories