Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 14:02

« Une loi agaçante »


En pleine campagne électorale, les télés doivent accorder le même temps de parole et d’antenne aux dix candidats. Pas évident !

 

Comment gérez-vous le temps d’antenne des candidats aux élections présidentielles ?

Il y a trois périodes. Du 1er janvier au 19 mars, on a dû appliquer le principe d’équité pour les temps de parole et d’antenne. Le temps d’antenne comprend tous les temps de parole des candidats plus les informations sur leur campagne. L’équité est le fait de représenter le candidat sa représentativité. Le temps de parole de Marine Le Pen, venue à cette période, a été de 7 minutes. Nous sommes actuellement dans la seconde période, où l’on tient compte des audiences ; c'est-à-dire qu’on ne peut pas mettre un candidat dix minutes en prime time et un autre dix minutes la nuit. Jean-Luc Mélanchon et François Hollande ont eu des temps de paroles égaux (10 minutes) et pour Nicolas Sarkozy, ce sera de même. Mardi prochain, on entrera dans la troisième période où temps de parole et temps d’antenne devront être strictement identiques.

 

Comment faire puisque tous les candidats ne viennent pas sur votre plateau ?

Peu importe dans quelles conditions on les montre. On peut très bien avoir un candidat à la Réunion et un autre à Paris. Comme on est une grande chaîne nationale, on dispose d’interviews de tous les candidats que l’on met dans nos programmes en fonction des besoins, notamment s’il n’y a pas de représentant sur place. Cette loi est parfois agaçante car cela peut nous faire perdre de l’audience lorsqu’on doit par exemple diffuser autant de temps d’interview de Jacques Cheminade que de Nicolas Sarkozy… La majorité des téléspectateurs vont zapper. Mais on n’a guère le choix, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel contrôle !

 

Ces principes d’égalité ne s’appliquent qu’à la radio et à la télévision et non à la presse écrite, qu’en pensez-vous ?

C’est normal. La presse et l’édition sont libres. Et ce, depuis la loi du 29 juillet1881. La presse écrite dans sa diversité n’agit pas de la même façon. La radio et la télévision ne pouvant émettre que par délégation de service public, l’Etat peut en échange leur imposer certaines règles d’équilibre. Alors que la presse n’a de compte à rendre à personne, dans les limites, bien sûr, déterminées par la loi. Cela s’appelle la démocratie !

 

Entretien : Emmanuelle BURDIN

 

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories