Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 17:30

Un trail éco-responsable

4996 coureurs, répartis sur les trois épreuves de ce Grand Raid 2011 (Diagonale des Fous, Trail des Mascareignes et Trail de Bourbon), vont mettre à mal plus de 200 km de sentiers entre le 13 et le 16 octobre. Le trail, course nature par excellence, est-il réellement « vert » ?  


Si cette 19ème édition  ne connaît pas de grands bouleversements au niveau du tracé, du côté des coureurs, une petite révolution se prépare. Finis les gobelets jetables et autres déchets laissés sur les sentiers réunionnais. L’organisation s’est engagée pour ce Grand Raid 2011 à la préservation de l’environnement, en offrant aux raiders des gobelets uniques ainsi que des réceptacles pour les petits déchets. « L’image du ravitaillement des courses sur route et des gobelets sur la chaussée ne convient pas aux coureurs », reconnaît Cyril Sidonie, directeur de course adjoint. « Ces derniers sont sensibles à la cause environnementale, qui plus est à La Réunion, où la majorité des sentiers utilisés pour le Grand Raid font partie du Parc naturel », insiste-t-il. Pour lui, cette course ne pollue pas plus que cela car « tout est fait » en amont et en aval pour « limiter » l’impact écologique. « La gestion des déchets se fera en temps réel. Après la course, nous enverrons une équipe refaire les passages empruntés par les coureurs pour collecter les déchets restants. Nous serons aidés dans cette tâche par l’entreprise Nicollin, qui se chargera en plus de traiter les déchets médicaux ».

 

« Certains randonneurs font plus de dégâts »

 

Du côté de l’ONF, qui s’occupe de l’entretien des sentiers, on garde le même optimisme. Pour son directeur Hervé Houin, il est « plus facile » de gérer l’impact écologique d’une course comme le Grand Raid, car le tracé est « clairement établi ». « Certains randonneurs du dimanche font plus de dégâts », sourit-il. Ce dernier semble se satisfaire de la gestion des déchets effectuée par l’association Grand Raid. « Par le passé, ils ont fait du bon boulot concernant le nettoyage des sites. Nous intervenons juste dans les endroits qui leurs sont inaccessibles, comme les plateformes rocheuses ou les raccourcis pris par les coureurs », conclut-il. Voilà pour les déchets. Reste la question du passage de 3000 coureurs dans un temps restreint sur des sentiers souvent présentés comme fragiles…

 

                                                                                                            Samuel IRLEPENNE

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans sport
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories