Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 15:46

Un projet de réinsertion controversé

 

Quinze sans-abris réunionnais sont de retour de leur séjour de rêve à l’île Maurice. Une initiative du Comité de Chômeurs et de Mal-Logés du Port qui a réuni 13 000 € pour la financer. Du 4 au 9 novembre, les SDF ont pu se mettre dans la peau de riches touristes. De retour à la rue, non sans mal, les résultats de ce projet de réinsertion sont-ils à la hauteur des sommes dépensées ?


sdf.jpgDepuis février, le Comité des chômeurs et des mal-logés du Port se démenait pour récolter des fonds en vue de réaliser le rêve, jusque-là irréalisable, des sans domicile fixe de l’association : partir en vacances. Un rêve qui a un coût : 13 000 €. Passeports, billets d’avion, hôtel, visites, repas, argent de poche… un séjour à Maurice tous frais payés. L’initiative, pour le moins originale, revient à Maryse Dache, la présidente du comité. Selon elle, la réinsertion n’a pas de prix : « Je ne vois pas ça sous un angle économique, ça valait le coup de le faire, ça les aide à rebondir, à se reprendre en main ».

Deux jours après le retour à la vie réelle, les résultats se feraient déjà sentir : « Ils sont plus motivés. Ils s’impliquent dans les tâches de l’association. Avant, il fallait aller les chercher dans la rue pour qu’ils se lavent, maintenant ils viennent d’eux même. » Après avoir goûté à la vie de touristes dans une île paradisiaque, les bénéficiaires semblent animés d’un désir : celui de changer de vie, de se réinsérer dans la vie sociale. Une volonté qui cache « un retour assez difficile » avoue la présidente du comité. Après ce séjour de rêve passé dans un hôtel deux étoiles à Grand Baie, le haut lieu touristique de l’île, les quinze mal-logés dorment à nouveau dans la rue.

« On repart quand ? »

À 37 ans, Jean-Pierrot Lear a pu voyager pour la première fois de sa vie hors de l’île grâce au projet de l’association. « C’était excellent ! », raconte-t-il enthousiaste. Le sourire aux lèvres, en repensant à ses vacances, il a retrouvé les parties de dominos quotidiennes du comité. Difficile pour ce chômeur de laisser sa valise pour retrouver les trottoirs du Port où il dort tous les soirs : « C’est dur ici, on s’en sort pas, j’ai envie d’y retourner ». L’avion, la marche avec les lions du parc Casela, les sorties en catamaran, la piscine, etc,  autant de souvenirs derrière eux. En rupture sociale et familiale, ces sans-abris ont touché du doigt ce qu’ils ne pourront certainement plus jamais s’offrir. Malgré le bilan positif du séjour, Maryse Dache doit faire face aux conséquences d’un tel voyage : « Ils me demandent  quand on repart ». La réalité est douloureuse : il y a de forts risques que ces vacances ne se reproduisent plus jamais pour les SDF du Port…

Céline MONTÉCOT

 

Ce qu’en pense la rédaction de Varangue :

Guillaume :

« C’est un scandale !  On donne le goût du luxe à des gens qui n’ont rien. Ça ne va pas les aider ni réduire les inégalités. »

Soe :

« Ça peut leur donner envie d’avancer, de gagner de l’argent, mais à leur retour on les laisse de nouveau dans la misère, c’est cruel. »

Hadrien :

« Dans la rue ils perdent espoir. Je pense que cette initiative est intéressante, elle est une source de motivation pour prendre un nouveau départ. »

Emma :

« Je suis mitigée, on verra si ça a vraiment fonctionné dans quelques mois. Mais le comité aurait pu leur offrir des cadeaux moin chers mais plus réguliers avec cette somme. »

Sarah :

« Je ne vois pas en quoi ça peut les aider à se réinsérer. Si ça peut leur donner un déclic pourquoi pas. En attendant ils sont toujours dans la rue. »

Céline :

« Les voyages sont très enrichissanst. J’espère juste que l’envie de se prendre en main qu’ils ont après ce voyage perdurera.»

Laurent :

« Est-ce que ça les a aidés, je ne sais pas ; mais ces vacances leur laissent un superbe souvenir. C’est un arc en ciel dans leurs journées grises.»

 

Pourquoi cette initiative ?

Le Comité des chômeurs et des mal-logés du Port n’en est pas à son premier coup d’essai pour tenter de réinsérer ses adhérents dans la société réunionnaise. Maryse Dache, la présidente, revient sur ces précédentes initiatives : « Le comité a organisé des formations, des activités physiques et artistiques. L’année dernière on avait financé une formation en peinture et expression corporelle. Au premier cours, six personnes sont venues. Au deuxième quatre et au troisième, plus personne. Ils n’accrochent pas aux activités qui leurs permettraient pourtant de se changer les idées, d’être actifs ». C’est ce manque d’enthousiasme de la part des adhérents qui a poussé la présidente à changer radicalement son fusil d’épaule : « Avant, on les aidait dans les rues, ils étaient désespérés. Il fallait donc trouver un projet innovant». Mais l’une des raisons principales est l’envie de « réaliser leur rêve », ajoute-t-elle, pour ces Réunionnais qui n’ont jamais quitté l’île ni même pris l’avion.

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories