Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 11:53

La moto familiale

 
Les inscriptions féminines au permis moto connaissent depuis deux ans une certaine augmentation. L’activité longtemps considérée au masculin, se démocratise… en famille. Exemple avec les Beis.


Casques et blousons prennent des fleurs ! Selon la Fédération Française des Motards en Colère 974, 10% des motards sur la route seraient des femmes. Mais à la moto école Olivier, à la Bretagne, on compte 40% d’inscriptions féminines, toutes catégories de motos confondues. L’activité se féminiserait, mais « pas par envie de puissance comme les hommes », estime Crystel Beis qui a vu défiler 32 ans de moto dans ses rétros.  Si la Saint-Pierroise s’est mise à piloter de grosses cylindrées, c’est  « pour le simple plaisir de rouler à l’air libre, de mieux sentir ce qui se passe autour de moi ». Elle y trouve également un coté bien pratique : éviter les embouteillages.

Harry Olivier, gérant d’auto école confirme : la plupart des élèves en formation ont plus de 30 ans et « s’orientent souvent vers de petites machines pour pouvoir se faufiler ». Sauf les plus jeunes qui préfèrent passer le permis des gros cubes, «parce que le mari ou le copain fait aussi de la moto, et là c’est surtout le plaisir qu’on cherche, pour aller découvrir l’ile ».

 

Des règles de sécurité strictes

 

Même si dans la famille Beis, deux roues sont surtout synonyme de plaisir on n’oublie pas les règles de sécurité. «  On a une approche beaucoup plus prudente que les hommes, avec un sens plus aigu du danger » affirme la mère de famille. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir encore certaines craintes «  on tremble toujours de voir sa fille prendre le guidon ». Pourtant, Nathalie et ses sœurs ont été sensibilisées très jeunes : ceinture les reliant au conducteur, jeu de cale-pied supplémentaire, gants, casque et jean au minimum… « Je frissonne quand je vois des jeunes passagères vêtues d’un short, et en savate avec un casque pour seule protection. » Pour être tombée une fois, seulement à 50 km/h et avec un blouson, Crystel sait qu’ « elles pourraient s’érafler tout le corps, et on peut pas s’imaginer à quel point ça fait mal ».

Ce qui n’empêche pas la quadragénaire de chercher la vitesse. Parfois. « Ça fait partie du jeu, mais il faut savoir mettre des limites. »  Et la Saint-Pierroise sait s’arrêter : « J’accélère seulement quand il y a personne, surtout sur une longue route, parce que sinon c’est gavant »  avoue t-elle, en évoquant la première cause d’accident en France : la somnolence.

 

Des balades en famille

 

Crystel pilote depuis ses 14 ans, d’abord une mobylette puis une 600 cm3. Mais la passion vient vraiment de son mari, qui l’a encouragée. Et le virus, elle l’a aussi transmis à ses filles. « Je l’ai mise à 4 ans derrière moi » raconte Crystel.

Nathalie est encore une jeune pilote et les balades en famille sont l’occasion pour la jeune femme de 21 ans de s’améliorer « En allant à Cilaos, mes parents m’ont dit : « Avec tous ces virages, si tu sais conduire là, tu pourras conduire partout ». D’ailleurs, tout le monde doit bientôt partir en voyage aux Etats Unis, une visite qui devrait se faire… en Harley Davidson. « Les gens sont curieux de nous voir tout cracra sur les motos typiques du pays qu’on visite, comme avec les Royal Enfield en Inde » se souvient Crystel, « C’est une approche différente : on a eu l’impression d’entrer dans la légende de la moto indienne. »   

 

Sarah BARET

 

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories