Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 15:42

Fibre entrepreneuriale

Goulamaly-copie-1.jpgArrivé à la fac dans sa voiture de location Avis, Abdé-Ali Goulamaly monte énergiquement les marches pour rejoindre les étudiants d’Info-com. L’industriel originaire de Madagascar a misé sur le développement des nouvelles technologies à la Réunion qu’il considère comme porteuses  « d’avenir ».

 

Né dans sur la côte Ouest de la Grande Ile, à Morondava, cela fait 45 ans qu’Abdé-Ali  Goulamaly vit à la Réunion. Et même si à la maison, il parle davantage le gujarati (langue indienne) que le créole, il affirme être réunionnais. « On a tout investi à la Réunion et on se sent mieux ici ». Investissement qui paie, car le PDG indique que l’impôt auquel est assujetti le groupe Goulamaly, « c’est du lourd ». Propriétaire d’une résidence principale à la Réunion et d’un appartement près de ses bureaux, rue Soufflot, entre le Panthéon et le Jardin du Luxembourg à Paris, il ne se considère pas pour autant  comme un « gros flambeur ». « Ce qui m’intéresse, c’est de bâtir » affirme-t-il.

« L’argent n’est pas mon moteur »

À 79 ans et à la tête de nombreuses entreprises réunionnaises telles que Mauvilac ou Oceinde, ce père de deux enfants n’est pas pressé de prendre sa retraite. La création est sa passion. « Tant que je prends du plaisir au travail, je ne vois pas pourquoi m’arrêter ». Ses vacances sont ses déplacements professionnels au grand dam de son épouse qui le voudrait plus disponible. « L’argent n’est pas mon moteur, mes loisirs consistent à pratiquer une activité physique régulière. Je fais du jogging et de la natation». Désireux de transmettre ses valeurs à ses enfants, dont son fils qui travaille à ses côtés, il ne les a pas gâtés. « Ils devaient réussir leurs études, et ils ont respecté le contrat. Je suis très fier d’eux ». Et même si Abdé-Ali Goulamaly se dit très heureux, dans l’univers impitoyable des affaires, « tout ne marche pas toujours comme on le souhaiterait ».

Fondateur associé de la SRR (Société Réunionnaise de Radiotéléphonie), il permet à la Réunion d’inaugurer le téléphone mobile avant la Métropole. En 1998, après la prise de fonction de Jean-Marie Messier (Pdg de Vivendi), il quitte la société suite à un désaccord sur les stratégies à adopter. « Il voulait investir dans la téléphonie globale. Pas moi. J’ai imaginé un développement spécifique pour la Réunion ». Aujourd’hui, Abdé-Ali  Goulamaly ne renonce pas. Grâce à ses partenaires financiers, le groupe Goulamaly rachète Zeop en 2011 à la société canadienne Intercable qui selon lui « n'a pas échoué par manque de moyens techniques mais de financements ». En trois ans, plus de 150 millions d’euros sont investis dans le développement de l’entreprise à haut débit dans la fibre optique à la Réunion. Des fils aériens supplémentaires viennent surcharger les poteaux EDF déjà peu écologiques… Mais pour le fondateur et ancien président de l’ADIR, la protection de l’environnement reste un souci quotidien. Un peu étonnant pour un fervent défenseur des nouvelles technologies… grandes consommatrices de matériaux polluants. Rompu à la communication, le Pdg rétorque que la législation imposée est strictement respectée.

 

Un libéral qui cite Paul Vergès !

 

Autre paradoxe : il envie presque le modèle libéral des pays asiatiques, moins soumis aux réglementations concernant l’installation de la fibre, mais partage la vision du communiste Paul Vergès sur la question environnementale. Une des solutions possibles serait d’enterrer les câbles, mais l’homme d’affaires finit par avouer que « l’enfouissement coûte trop cher ».

Son plus grand regret reste que l’ADIR n’ai pas su tenir sa promesse : « Fabriquer local et devenir de gros exportateurs ». Aujourd’hui l’homme qui a amené le GSM dans l’île mise sur l’évolution de la jeunesse réunionnaise et investit dans des infrastructures comme l’ILOI, qui forme les jeunes dans les domaines de l’image et des nouveaux médias. Grâce au soutien de son groupe, un nouveau centre de formation avec sa propre chaîne de télévision vient même d’ouvrir à Madagascar. Comme pour le Mozambique, il faut croire, selon lui, à ces pays émergents, boostés par une nouvelle génération possédant un vrai savoir-faire. Tonique !

 

Valeska GRONDIN

Photo : Aymeric BATAILLE

 

 (Légende photo) : Abdé-Ali Goulamaly a amené le GSM à la Réunion : la bosse du commerce et des nouvelles technologies.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by futurs.journalistes.974 - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Revenir À L'accueil

  • : Les futurs journalistes de La Réunion
  • Les futurs journalistes de La Réunion
  • : Ce blog présente les reportages des étudiants en journalisme d'InfoCom de l'université de La Réunion.
  • Contact

Recherche

Catégories